RSS

La gazelle d’or Par Nora Aceval – Djamal Areski

La gazelle d'or Par Nora Aceval - Djamal Areski dans Contes la-gazelle-dorIl était un prince, voyageur intrépide, qui parvint un jour au pied d’une citadelle, entourée de remparts. En levant la tête au ciel, il s’aperçut que chaque créneau était coiffé d’un crâne humain. Il en compta quatre vingt dix neuf. Emporté par sa curiosité, il franchit le lourd portail qui en permettait l´accès. Une atmosphère austère y régnait. Sur son chemin vint à passer un petit homme à l’allure pressée. Il s´en approcha pour l´interroger mais l´homme l’interrompit : 
- Quitte cette ville, étranger !
- Mais pourquoi donc ?
- Elle cause la perte de tous les jeunes hommes qui s’y aventurent.
- Et ces crânes humains, qu’est-ce que cela veut dire ?
- Le sultan fait couper la tête des prétendants de sa fille auxquels il soumet une énigme que personne n’a réussi à résoudre.
- Ciel ! Mais quelle est donc cette énigme ?
- La princesse, d’une beauté sans pareille, a une mystérieuse marque de naissance sur le corps. Quiconque voudrait l’épouser doit deviner de quoi il s’agit, à ses risques et périls.

Le prince, qui aimait les défis, se laissa tenter. Mais avant de se porter candidat, il s’installa discrètement dans la ville. Il avait déjà sa petite idée derrière la tête et se mit à la recherche d’un bijoutier de renom. L’ayant trouvé, il demanda à entrer en apprentissage. Le maître accepta. Mais au bout de quelques jours, il s’aperçut que son apprenti, bien que fidèle au poste chaque matin, n’était pas attentif au métier. Il s’en inquiéta :
- Jeune homme, je vois bien que ce n’est pas le métier que tu cherches à acquérir. Pour quelle raison es-tu là ?

Sans détours, le prince sortit une bourse d’or et la posa sur l’établi :
- Je suis le fils d’un grand roi et je ferai ta fortune si tu m’aides à m’introduire secrètement dans la chambre de la princesse.
- Mais tu es fou ?
- Non ! C’est le seul moyen de découvrir la marque qu’elle porte sur le corps afin de l’épouser et d’arrêter le massacre.

Le bijoutier ne se fit pas prier plus longtemps et se mit à l’ouvrage. Il fabriqua une magnifique gazelle d’or de grande taille dont l’abdomen creux était doté d’une porte secrète. Cette prodigieuse et inestimable œuvre d’art ne pouvait être acquise que par le roi qui en fit cadeau à sa fille. Avant de la livrer, ainsi qu’il en avait été convenu, le bijoutier y enferma le prince. La gazelle, fut déposée dans la chambre de la princesse qui voulait l’admirer tout à son aise.

Voilà comment, dès la première nuit, le prince activa l’astucieux mécanisme et sortit du ventre de la gazelle. Alors que la princesse dormait profondément, à pas de velours, il saisit la chandelle qui se trouvait sur le chevet, l’éteignit, et la déposa sur un guéridon au pied du lit. Dès le réveil, la princesse remarqua que la chandelle avait été déplacée. Et plus surprenant, elle ne s’était pas consumée. Intriguée, elle mena une discrète enquête auprès de ses servantes mais sans résultat. La nuit suivante, elle se cacha derrière les rideaux de sa fenêtre pour confondre un éventuel intrus mais elle céda rapidement au sommeil. Le prince en profita pour répéter son manège de la veille. La princesse sentit sourdre en elle une angoisse infinie. Elle tenta de veiller sans y parvenir. Après la troisième nuit, convaincue qu’il s’agissait d’une manifestation de l’invisible, elle implora :
- Ô toi qui perturbes mon sommeil, qui que tu sois, Djinn ou humain, montre-toi !
- Fais-moi serment sacré de ne révéler ma présence à personne et je te dirai toute la vérité, répondit une voix étouffée.

La princesse sursauta, se reprit, et fit serment. Alors, le ventre de la gazelle s’ouvrit et le prince apparut, majestueux. Il se présenta selon les coutumes de son rang :
- Ô merveilleuse princesse, ne crains rien, je suis fils de roi et je ne te veux aucun mal. J’ai risqué ma vie pour venir jusqu’ici. Fais-moi la faveur de me révéler le secret de ta marque de naissance et j’irai demander ta main.

La surprise passée, le visage de la jeune fille s’illumina et elle s’exclama :
- Ô noble étranger, ton courage m’honore et une parole donnée relève du sacré.

Et, joignant le geste à la parole, elle découvrit son épaule. Il ne restait plus au prince qu’à quitter le palais comme il y était entré. Il eut l’idée ingénieuse de briser une patte de la gazelle avant de s’y cacher. La princesse, devenue sa complice, exigea qu’on la portât chez le bijoutier pour la réparer.

Le lendemain, richement vêtu et portant les armures et les écussons de son royaume, le prince se présenta au sultan et lui demanda la main de sa fille. Le monarque le mit en garde :
- Ignorez-vous les conditions, mon ami ? Si vous échouez, à tout jamais votre crâne sera le centième à orner mes remparts.

Le prince, impassible, répondit :
- Sire ! J’ai la solution à votre énigme. Sur l’épaule droite de la princesse, poussent un long cheveu noir, un long cheveu d’or et un long cheveu d’argent.

Le sultan n’eut d’autre choix que d’accorder la main de sa fille à ce prétendant si avisé. Une grande cérémonie fut organisée. On y célébra à la fois le mariage et la fin de cette cruelle épreuve. En guise de dot, la princesse n’emporta que la gazelle d’or.

Mon histoire a suivi le cours de la rivière et moi je suis restée avec les seigneurs !

————————————————————————–

-Fiche pédagogique

La gazelle d’or
Pays de collecte : Algérie. Un conte dit en français par Nora Aceval et en arabe algérien
par Mustapha Chaïb.
COMPRÉHENSION ET EXPRESSION ORALE
Objectifs
Entrainement à l’écoute attentive et à l’écoute sélective.
Démarche
Lecture (ou écoute) du conte source (une ou deux fois, selon le niveau et le temps).
Débat ouvert, impressions à chaud : le conte vous a-t-il plu ? Oui ? Non ? Pourquoi ?
Débat interprétatif : rechercher des contes similaires ou des versions différentes du même conte
selon les régions (donner les titres, les comparer à l’histoire écoutée)
EXPLORATION ET ANALYSE
Objectifs :
Lecture et analyse du conte
Retrouver les grands moments du récit.
Exploration des objectifs socioculturels.
Objectifs affectifs et méthodologique : favoriser et renforcer le travail coopératif.
Démarches possibles
Élaborer des fiches sur les personnages principaux : Le sultan, la princesse, le prince en
indiquant : leurs caractères, leur attitude, leurs comportements vis-à-vis des autres, leurs
habillement… S’appuyer sur le texte ou faire des recherches documentaires simples en groupes.
Élaborer d’autres fiches sur les objets, les lieux, l’époque, les épisodes principaux.
Pour un niveau élevé, l’enseignant peut aborder un travail sur la structure du récit – ils le font
déjà dans le cadre du programme officiel.
Montrer en quoi la diction du conte oriente la compréhension selon la perception de l’auteur :
intonation, rythme de la diction, timbre de la voix de la conteuse (faire réécouter le conte, les
élèves suivront sur le texte imprimé).
Comparer cette diction à celle de la grand-mère qui raconte à la maison : quelles variations ?
Quelles différences ? Quels points communs ?
S’intéresser à l’atmosphère du conte :
Peur, humour, étonnement, suspicion, reproche, dans les dialogues.
Faire correspondre les intonations de la conteuse qui correspondent à cette atmosphère.
Repérer les éléments qui font penser au théâtre, au cinéma.
Retrouver les expressions ou mots qui font ressortir la cruauté du sultan, sa personnalité, ses
sentiments…
Rechercher les astuces utilisées par le prince engendrées par le miracle de l’amour qu’il porte à la
princesse.
Analyser et comparer le début et la fin de l’histoire : le personnage du début est-il resté le même
à la fin ou a-t-il subi des transformations ? Indiquer les transformations qu’il a engendrées : arrêt
du sacrifice des humains par le cruel sultan.

APPRENTISSAGES LINGUISTIQUES
Phonétique : L’enseignant peut travailler certains phonèmes qui pourront poser des problèmes de
prononciation ou de discrimination auditive à certains élèves. Les identifier, les visualiser au tableau
et les faire prononcer, seuls puis dans des mots et des phrases.
Lexique – Vocabulaire
Vocabulaire des métiers : à l’exemple du bijoutier, recenser les métiers existants dans votre
région (faire un inventaire des principaux métiers) : les classer entre métiers traditionnels et
modernes, métiers manuels et mécanisés.
Apprendre à compter : Il en compta quatre-vingt-dix-neuf (1er paragraphe)
À vos de compter de un à cent.
Les temps verbaux
Retrouver le temps (les temps) utilisé(s) pour le récit : imparfait de l’indicatif-passé simple de
l’indicatif.
Travailler sur leur morphologie et leur modalité.
Retrouver les dialogues et le(s) temps utilisé(s): présent de l’indicatif – temps de l’échange, et les
interventions de l’auteur (matérialisés par la typographie du texte : retraits, paragraphes
distincts, tirets)
Rechercher en utilisant le dictionnaire, les synonymes des mots et expressions suivantes :
Enigme, défi, astuce, intrigue, intrus, armures et écussons.
Donner les sens possibles de l’expression : Es-tu fou ? À utiliser dans des situations et avec des
intonations différentes : Tu es fou. Tu es fou ? Tu es fou !…
Syntaxe
Je ferai ta fortune si tu m’aides : si + présent———-le futur simple de l’indicatif.
Chercher d’autres expressions similaires dans le texte (même s’il faut les transformer) ou dans
des exemples personnels.
L’expression du temps ; avant de + infinitif : Avant de livrer la gazelle d’or à la princesse, le bijoutier
y enferma le prince.
Chercher d’autres exemples dans le texte ou donner des exemples personnels.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

Une réponse à “La gazelle d’or Par Nora Aceval – Djamal Areski”

  1. Mylène Le Texier Dit :

    Bonjour,
    Je suis responsable du centre de ressources en ligne Conte-moi la francophonie. Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez à vos ressources. Serait-il possible d’entrer en contact avec vous par e-mail ?
    Cordialement,

    Mylène Le Texier
    Conte-moi la francophonie
    Association Deci-dela

    01.58.30.73.18
    mylene@deci-dela.org

    Conte-moi la francophonie
    Retrouvez Conte-moi sur Iphone, Twitter et Facebook

    Répondre

Laisser un commentaire

femmebattueencolere |
lesoufflecestmavie |
tribulationsdepsys |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | kabylia2007
| journalducentre
| thegamerzone